cliquez pour agrandir
 
par Yann   


 

cliquez sur la photo pour l'agrandir


La Sigara est une petite bestiole vivant dans l'eau que l'on trouve assez couramment dans les mares ... Mais on peut aussi trouver dans ces mêmes mares, une autre petite bête, jaune, se nommant aussi SIGARA ... c'est un petit sous-marin radiocommandé. Découverte de cet être unique :


caractéristiques :

Un peu plus gros que son équivalent animal qui mesure 10 mm, le Sigara fait 24 cm de long, 13 cm de haut et 14 cm de large. Sa masse est de 1.550 Kg. La plongée est statique (avec un ballast) ou dynamique (avec des barres de plongée). La propulsion est assurée par deux petits moteurs, plongés dans l'eau, et équipés d'hélices de 30 mm trés légerement recoupées. Ses 8 projecteurs, constitués de réflecteurs de DEL et d'ampoules à culot à vis E 5.5 dans les petites douilles qui vont bien, lui permettent de plonger de jour comme de nuit.

la coque :

La coque a été réalisée en trois parties :

- Une partie centrale composée d'un morceau de tube PVC (de 100 mm de diamètre) et de deux tubes réalisés en boîtes de pellicules (pour caréner les moteurs).
- D'une partie avant, réalisée en fibre de verre+époxy sur une forme en polystyrène, collée sur la partie centrale.
- Et d'une partie arrière réalisée de la même manière, mais qui se détache pour permettre l'accès à la mécanique.


Le kiosque est aussi réalisé en fibre de verre. Pour éviter que sa flottabilité fasse remonter le SIGARA comme son homologue des mares (qui remonte comme une bulle) sans l'ajout d'une grande quantité de plomb, il peut se remplir d'eau par quatre trous réalisés au bas du kiosque. Il y en a un autre sur le dessus pour que l'air s'échappe.

    le kiosque


Après avoir assemblé le tout, et quelques séances de masticage et de ponçage, le sous-marin est prêt à peindre.

avant peinture

Avant de le peindre en jaune, je l'ai recouvert d'une couche d'apprêt blanc. Ceci pour que la peinture adhère mieux au PVC, mais aussi pour qu'il soit recouvert d'une couche blanche pour ne pas avoir besoin de mettre une grande quantité de couche jaune. En effet, le jaune a un très mauvais pouvoir couvrant et, s'il y a des taches plus ou moins sombres sur la surface à peindre, elles seront difficiles à masquer.


le système de fermeture :

Toute ouverture dans le sous-marin est risque de fuite ( ...et glouglou !!). C'est pour cela qu'il est important de réaliser un système de fermeture fiable. Certains utilisent un simple joint de bocal.
Pour ma part, le joint est un peu plus compliqué mais sans doute infaillible. Je n'ai encore eu, en effet, aucune fuite (tout du moins au niveau du joint !). Le joint en silicone, situé sur la partie arrière, vient s'imbriquer dans l'autre partie; trois vis font tenir les deux parties ensemble. Mieux qu'un grand discours, un dessin:

le joint

Je l'ai réalisé de la manière suivante :

- J'ai tout d'abord découpé une pièce (en CTP de 5mm) s'ajustant parfaitement dans la partie arrière que j'ai collée à l'époxy.
- J'en ai réalisé une autre (en CTP de 10mm) s'ajustant à peu prés dans partie principale. Cette pièce a ensuite été généreusement rabotée sur tout son pourtour afin qu'elle entre amplement dans la partie principale. Elle fut alors collée sur la première pièce (les deux pièces en CTP sont en jaune sur le dessin).
- Ceci fait, j'ai généreusement mis du silicone sur la pièce en CTP de 10 mm et j'ai refermé le sous-marin (J'ai préalablement savonné l'intérieur de la partie principale afin que le silicone n'y adhère pas). 24 heures plus tard, j'ai séparé les deux parties ... le joint était fait.
- Restait à faire une petite couronne conique au mastic polyester (en vert sur le dessin) dans la partie principale. Lors du serrage des vis, le joint y est comprimé.


 
le ballast :

Le ballast a été réalisé sur le même principe que celui de ABYSSE. Pour la réduction, j'ai utilisé le mécanisme modifié d'un compteur issu d'un vieux ( ... un très vieux !) magnétophone. La réserve d'eau est un morceau de grosse seringue qui peut emporter jusqu'à 18 grammes d'eau. Elle se vide et se remplit en moins de 10 secondes.

ballast      ballast      ballast
cliquez sur les photos pour les agrandir

les barres de plongées :

Les barres de plongées sont actionnées par un servo (standard) situé dans la partie arrière. Le passage de l'axe à travers la coque se fait par un petit tube rempli de graisse.


assemblage :

Maintenant en possession de tous les éléments, à savoir un ballast, un récepteur micro 5/7 de chez Multipex, un accus de 7 éléments 1100AEL Sanyo, les varios (les mêmes que ceux utilisés sur ABYSSE), il va falloir tout faire rentrer dans le sous-marin. Après pas mal d'essais, on y parvient. On peut donc passer à la première mise à l'eau.


première mise à l'eau :

S'il n'y a pas de fuites (c'est plus pratique  ...!), on peut faire l'équilibrage: un pot de yaourt, accroché avec de la ficelle sous le sous-marin, que l'on remplit de plomb à souhait. Ceci terminé, le plomb est logé à l'intérieur. Vient alors la première plongée.


la plongée :

On recharge bien les accus et on "se jette à l'eau". On reste en surface pour se familiariser avec la bête: ouh lala !!! il faut anticiper, il y a de l'inertie ! Mais tout semble fonctionner ... Non! un moteur ne répond plus! il reste en marche et le sous-marin tourne sur lui-même. Mais que se passe-t-il ? ... On ramène le sous-marin au bord et on se dépêche d'ouvrir pour tout arrêter. A l'ouverture, un petite fumée s'échappe et une odeur de plastique fondu emplit l'air. Les fils des moteurs ont fondu, ce qui a provoqué un joli court circuit: les fils étaient trop petits. On change les fils et on repart.

Après quelques tours en surface, on se décide à plonger (c'est un sous-marin, pas un bateau !): on remplit le ballast; le Sigara s'enfonce doucement. On vide un peu pour ne pas descendre jusqu'au fond (ce n'est pas non plus une épave !) , on met la propulsion en marche et on s'aide des barres de plongées pour rester à une profondeur constante.

 

cliquez sur la photo pour l'agrandir

Voilà, c'était quelques informations sur la réalisation de mon sous-marin qui, je l'espère, vous donnera envie d'en réaliser un. Ce n'est pas si compliqué que ce que l'on peut entendre dire  ... essayez, vous verrez  ...





« retour "Modelisme"